Conflit Homme-Faune en Afrique : Une jeunesse engagée trace de nouvelles voies durables

Un webinaire de l’OFYI met en lumière des solutions innovantes et implique les jeunes dans la résolution des conflits homme-faune en Afrique.

Date : 20 juin 2023

Le 20 juin 2023, l’OFYI (One Forest Youth Initiative), une organisation non-gouvernementale internationale de jeunesse engagée dans la protection de la biodiversité et la lutte contre les changements climatiques, a organisé un webinaire sur le thème “Conflit Homme-Faune : la jeunesse trace la voie de nouvelles pistes de réflexion et de solutions durables pour l’Afrique”. Cet évènement virtuel a réuni 45 participants pendant plus de deux heures, de 15h00 à 17h55, afin de sensibiliser aux problématiques des conflits homme-faune en Afrique et d’explorer des solutions novatrices pour y remédier.

La séance a débuté avec une introduction chaleureuse des modérateurs, Laëtitia OYOUBI, responsable de la communication du secrétariat permanent de l’OFYI, et Fabrice Ntchango, secrétaire permanent de l’OFYI. Ils ont exposé la mission de l’organisation qui vise à impliquer activement la jeunesse dans la préservation de la biodiversité et la lutte contre les changements climatiques.

Le concept de “conflit homme-faune” a été défini comme une situation où la faune sauvage menace la sécurité et les moyens de subsistance des populations locales, entraînant des conflits entre différentes parties cherchant à trouver des solutions. Le webinaire s’est ensuite déroulé selon un programme organisé en différentes parties.

Tout d’abord, les intervenants de divers pays ont partagé leurs connaissances et expériences en matière de conflits homme-faune. Juste Lemeilleur TEMBA du Gabon a présenté la situation des conflits homme-faune dans son pays, mettant en lumière l’impact sur la sécurité alimentaire et les principales causes liées aux activités anthropiques et aux changements climatiques.

Ensuite, les intervenants ont partagé des exemples spécifiques de conflits homme-faune dans leurs pays respectifs, à savoir la Côte d’Ivoire, le Cameroun et le Gabon. Brice Delagneaux de Côte d’Ivoire a évoqué les conflits homme-éléphant et homme-hippopotame et a souligné l’importance de l’écotourisme comme opportunité de développement durable. Jeanne Rosy Esso du Cameroun a mis l’accent sur l’importance de la participation des communautés locales dans la résolution de ces conflits, en utilisant des savoir-faire traditionnels et des approches participatives. Des membres du public ont également contribué en partageant des informations sur les conflits homme-faune au Gabon.

Enfin, les intervenants ont présenté des solutions durables pour atténuer ces conflits. Certaines propositions incluaient la sensibilisation sur la protection de la nature, l’optimisation des savoir-faire ancestraux, l’utilisation de barrières électriques, le renforcement des indemnisations durables, le soutien aux ONG travaillant sur des solutions écologiques, la formation sur les comportements à adopter lors de la cohabitation avec les animaux sauvages, et l’amélioration de la réglementation et de la gestion foncière.

Le public a également eu l’occasion de s’exprimer lors des interventions, en posant des questions et en partageant des idées. L’OFYI s’est engagé à porter les propositions des jeunes et à mobiliser des financements pour soutenir des projets visant à atténuer les conflits homme-faune.

Une proposition de projet a émergé des débats, celle de la création d’un centre de formation dédié à la lutte contre les conflits homme-faune dans les pays du Congo. Ce centre vise à encourager l’innovation des jeunes dans l’atténuation de ces conflits et à promouvoir l’écotourisme comme source de création d’emplois durables.

Ce webinaire a été l’occasion de mettre en évidence le rôle essentiel que joue la jeunesse dans la recherche de solutions durables pour préserver la biodiversité et assurer une coexistence pacifique entre l’homme et la faune sauvage en Afrique.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *